Référencé par Blogtrafic
Free Cell Phones
visiteurs, sponsored by Cell Phones
Note personnelle n°1 : s'assurer de la solidité d'un nuage avant de faire le benêt dessus! Note personnelle n°2 : se méfier de l'être humain, il n'est pas toujours bon... Note personnelle n°3 : croire en la vie. Tout ce qui arrive est forcément nécessaire à la croissance de notre âme. Note personnelle n°4 : ne pas oublier que d'autres Anges ont aussi atterri ici. Les chercher. Note personnelle n°5 : la Terre n'est pas le Paradis. Certaines choses doivent être délaissées car "malsaines" pour un coeur pur Note à mes lecteurs : si votre vitesse de connexion n'est pas suffisante pour une lecture optimale des vidéos, lancez la lecture puis appuyez sur "pause". Laissez progresser le téléchargement et relancez la lecture une fois celui-ci suffisamment avancé!

28 février, 2006

Sadako promouvoit la culture! Aujourd'hui :

Salem
En 1692, à Salem, un petit village situé dans le massachusetts, aux États-Unis, plus de 200 personnes sont accusées de sorcellerie. Voici l'histoire d'une panique collective provoquée par la crainte irraisonnée du diable. Au XVIIe siècle, l'église catholique prétendait que la socellerie était le pire de tous les pêchés. Elle était le fruit d'un pacte avec le diable. Les pasteurs protestants, pour leur part, rendaient Satan responsable de tout phénomène surnaturel. On croyait donc, à cet époque, que les symptômes comme les crises de nerfs, les convulsions et le délire auxquels on ne trouvait aucune explication médicale, étaient l'oeuvre de sorcières agissant au nom du prince des ténèbres. 1692, une véritable chasse aux sorcières a commencé dans un village de la Nouvelle-Angleterre appelé Salem. Samuel Parris, pasteur de la communauté de Salem Village, coule des jours paisibles avec son épouse, sa fille Élisabeth, qu'on surnome affectueusement Betty, sa nièce Abigaïl Williams et son esclave noire Tituba. Celle-ci, pour amuser les fillettes, leur raconte à l'occasion des récits Vaudou et leur dit la bonne aventure. Toutefois, après un certain temps, envahies par des sentiments de culpabilité et de crainte du démon, Betty et sa cousine se croient damnées pour l'éternité. Leur santé se détériore: elles sont régulièrement en proie à des crises de convulsions. L'examen médical ne révélant aucun trouble physique et les traitements se montrant innéficaces, on déclare que les deux filles ont été victimes de Sorcellerie Intérrogée avec insistance sur le nom de son persécuteur, Betty Paris, en pleine crise d'hystérie, s'écrie: "Tituba..." Il n'en faut pas plus pour qu'Abigaïl et les autres filles du village immitent leur camarade. Pressées de toutes parts, elles accusent plusieurs femmes de Salem. Dans la salle d'audience, les prétendues victimes fabulent pour obtenir leur libération. Une peur insidieuse s'empare des habitants de Salem. Les jeunes filles qu'on prétend encorcellées en viennent même à accuser des gens irréprochables de la communauté. Les prévenus ont beau clamer leur innocence, on n'accorde aucun crédit à leurs démentis. Les arrestations se multiplient. À la mi-juin, 70 personnes sont entassées dans des prisons de Salem et même de Boston. En réponse aux nombreuses pétitions qui sèment le doute dans leur esprit, les magistrats ordonnent la mise en liberté de quelques-uns des accusés. Vers la fin de l'année, les jurés reconnaissent publiquement avoir causé la mort d'innocents et ils demandent humblement pardon aux familles de ceux-ci. En moins d'un an, plus de 200 personnes ont été accusées de sorcellerie. De ce nombre, environ 150 ont été reconnues coupables puis emprisonnées. Cetains sont devenus fous, 19 autres ont été pendus.
Dates cruciales
1520 Les procès de sorcellerie passent aux tribunaux civils
1580 Répression de la sorcellerie rurale jusqu'en 1640
1609 Pierre de Lancre conseiller du roi henri IV à Bordeaux descend au pays Basque. A st jean de luz , St Pee/Nivelle, Urrugne il juge et envoie au bûcher 600 personnes
Le 1er août 1609 à Urrugne il juge 500 personnes, le 2 août 80 passent au bûcher
1613 Nombreux supplices par le feu, pour la sorcellerie à Ruremonde (Pays-Bas espagnols)
1631 1er Traité contre les abus des procès en sorcellerie
1632 Affaire des Possédées de Loudun jusqu'en 1634
1634 Procès et supplice (le 18/08) d'Urbain Grandier, curé de Loudun, pour sorcellerie
1640 Le Parlement de Paris "évoque" auprès de lui toutes les causes de sorcellerie apparaissant dans son ressort
1670 Louis XIV interdit les procès pour sorcellerie
1672 Procès des 34 sorciers de Carenton
1679 Procès et supplice des 4 "sorcière;s" de Bouvignies, en Flandre
1682 Edit sur la justice en France (Juillet) : la sorcellerie, assimilée à l'illusionnisme et à l'escroquerie, n'est plus un crime, mais un délit
1692 Procés et pendaison des 20 sorcières de Salem
1712 Derniére exécution pour sorcellerie en Angleterre
Source : http://membres.lycos.fr/caramel15/historique.html