Référencé par Blogtrafic
Free Cell Phones
visiteurs, sponsored by Cell Phones
Note personnelle n°1 : s'assurer de la solidité d'un nuage avant de faire le benêt dessus! Note personnelle n°2 : se méfier de l'être humain, il n'est pas toujours bon... Note personnelle n°3 : croire en la vie. Tout ce qui arrive est forcément nécessaire à la croissance de notre âme. Note personnelle n°4 : ne pas oublier que d'autres Anges ont aussi atterri ici. Les chercher. Note personnelle n°5 : la Terre n'est pas le Paradis. Certaines choses doivent être délaissées car "malsaines" pour un coeur pur Note à mes lecteurs : si votre vitesse de connexion n'est pas suffisante pour une lecture optimale des vidéos, lancez la lecture puis appuyez sur "pause". Laissez progresser le téléchargement et relancez la lecture une fois celui-ci suffisamment avancé!

29 août, 2006

Horreur sans nom...

"Du concret, du solide, nous voulons du Sadako"...!

Je vous ai entendu, perdu dans les pleines de mes tourments intérieurs. J'y marche... seul. Le regard perdu dans des souvenirs pourtant amers qu'il n'y aurait nul besoin de ressasser... Une larme comme seul bagage, je veille bien à ce qu'elle ne sèche pas... Car tout dans ce monde est déjà mort. Tout est asséché, fissuré, et finit par devenir poussière... Alors, cette larme, échappée de l'océan d'amour qui sommeille en moi et dont les remous se calquent sur les battements de mon coeur, fait peut-être frémir, douter mais elle est un signe de vie. Un signe que je ne sècherai jamais... moi.

Comme tout est triste ici. Ô, si seulement vous saviez. Ce que je vois me désole. Car je viens d'un monde où la lumière est le berceau de toute nouvelle vie. Et d'entendre ces arbres mourant, implorant l'inexistant, sangloter à chaque fois que s'arrache à leurs frêles branches une de leur feuilles, j'ai le coeur à fleur de peau.

Et ce vent... Froid. Annonciateur du jour dernier. Qui s'amuse à effleurer chaque bribe de vie pour lui rappeler que l'espoir n'a plus sa place ici, qu'il faut désormais le pleurer car il s'est éteint... Alors, je sombre. Mes larmes ne me sauvent même plus. Je cours, incapable de hurler tant l'effroi a pris possession de chaque parcelle de mon être. Je m'écorche les pieds sur ce sol tranchant comme un millier de lames de rasoir. Et je m'écorche le coeur, en me heurtant à milles et une craintes, sournoises et fécondes. Perdu, paniqué - je viens de piétiner mon salut - je cherche une main comme le chrétien effondré cherche un signe de son Seigneur...

Je tâte le vide glacial qui m'entoure. Mais ma main ne fait que remuer un vide que je ne veux pas accepter, qui me donne envie de vomir. Où es-tu mon Ange? Tu n'es pas là. Toi, pour qui mon coeur avait prit un ticket et fait bien des mois de file d'attente, pour au final, arriver devant un guichet fermé... Tu ignores peut-être jusqu'à mon errance...

Je ne peux supporter tant de douleur...

Le vent parvient à arracher une à une les plumes de mes ailes, les faisant danser, sur un chant funeste entonner par Satan en personne, avec mes larmes qui s'échappent maintenant par dizaines... Que vais-je devenir? Mais il n'y a plus lieu de se poser cette question... Il est trop tard... Je tombe au sol. Je pleure tout mon sang... Alors que mon âme vomit sa flamme, et mon corps vomit sa vie, je réalise que je suis le seul à blâmer... ...

1 Comments:

At 8/29/2006 4:13 PM, Blogger Sadako said...

Il s'agit bien sûr d'une fiction! Même si je suis effectivement en proie aux tourments ces derniers temps, je suis plutôt "psychologically in order"! Mais mon coeur est de toute manière mon meilleur ennemi...

 

Enregistrer un commentaire

<< Home